XXè siècle : clercs et religieux influents

Teillard de Chardin, de Lubac, Daniélou, Congar, Chenu, Varillon : de très grands noms, dont l’œuvre compte intellectuellement et dépasse les frontières du monde religieux ou confessionnel.

Mais, entre les deux guerres et dans le quart de siècle qui a suivi la Seconde Guerre mondiale, des clercs, des religieux aussi ont joué un rôle notable. On pense bien sûr, à un Teillard de Chardin, qui tente de réconcilier la théologie, la philosophie et la science ; à l’essor de la théologie d’expression française, qui connaît un rayonnement international considérable ; les pères de Lubac, Daniélou, Congar, Chenu, Varillon ou Urs von Balthasar.

Ce sont de très grands noms, dont l’œuvre compte intellectuellement et dépasse les frontières du monde religieux ou confessionnel.

Le futur cardinal Daniélou, un des meilleurs connaisseurs des Pères de l’Eglise, reçoit le titre de docteur d’Etat et entrera à l’Académie française, et le père de Lubac est élu, lui, à l’Académie des sciences morales et politiques.

Il y a donc reconnaissance par le monde intellectuel et la société civile de l’apport culturel des clercs et des laïcs, et ceci vaut reconnaissance du catholicisme.

« Le Christianisme en accusation » p. 19 à 22