Ch. Perrot : « Jésus »

« Jésus » de Charles Perrot éd. Que sais-je, janvier 2000

Jesus logo icone La situation manuscrite est meilleure que celle des auteurs de l’antiquité comme Platon, Tacite et autres. Il est possible de désigner avec une réelle certitude l’état des originaux. - Il existe toujours de nombreuses versions en d’autres langues anciennes, en latin, syriaque, copte et arménien. D’où, près de 5.000 témoins manuscrits, en comptant les anciens lectionnaires liturgiques.

Par-delà les différences de détails entre les spécialistes modernes sur les événements de la Passion, une certaine opinion commune, au plan littéraire et historique, est en passe de s’imposer ou presque. Sur trois points surtout : sur le genre littéraire de ces récits ; sur le procès romain de Jésus, (...)

Jésus parle de son propre chef, avec une entière autorité. Alors que les scribes qui s’attachaient d’abord à commenter la Tora et les Prophètes.

Les sadducéens, les pharisiens, les esséniens, les scribes, les zélotes

L’important n’est pas l’existence ou non de tels prodiges, mais leur sens.

Charles Perrot, « Jésus », PUF, coll. Que sais-je ? n°3300, 1999. (Livre souvent réédité). Charles Perrot est professeur honoraire de l’Institut Catholique de Paris.

Les figures de Jésus à travers les siècles - Les manuscrits du Nouveau Testament - Les découvertes de Qumrân - Les « sectes » au temps de Jésus.

Dès 1947 les découvertes des manuscrits de la mer Morte, cachés dans les onze grottes près du site de Qumrân, ont largement bouleversé nos connaissances.

Une lecture fondamentaliste refuse même d’admettre des différences entre les quatre évangiles.

L’itinéraire de Jésus selon le récit de Jean et celui de Marc. Comment s’expliquent les différences.