M.F. Baslez : « Saint Paul » - « Comment notre monde est devenu chrétien »

On peut définir la doctrine de Paul comme une théologie de l’imitation, dans le sens évidemment d’une union mystique au Christ et non d’un simple mimétisme.

Paul est né et a travaillé dans un monde émergent, mais il en a compris toutes les potentialités. A l’aise dans deux cultures, ils pouvaient assumer leur fonction de « passeurs », comme seuls sont peut-être capables de le faire les intellectuels.

L’espérance en la résurrection s’était développée au sein de plusieurs mouvances du judaïsme depuis le milieu du IIè siècle avant notre ère - Jésus et ses disciples peuvent avoir été assez proches des pharisiens.

La secte rassemblait des hommes nouveaux. C’étaient des « justes » autant que des « savants », des « séparés » autant que des « exégètes »

Editions CLD. 2008

L’histoire de la christianisation est faite de paradoxes, ce qui révèle sa spécificité et rend difficile de l’évaluer radicalement comme une rupture.

Les communautés s’appuient à la fin du IIIe siècle sur les diacres, chargés des actions sociales et le lecteur qui détient, le plus souvent chez lui, les livres sacrés.

Saint Paul de Marie-Françoise BASLEZ, Fayard 1991

La constitution du canon, pour fixer la christologie, la théologie et l’ecclésiologie, fut un long travail qui ne s’acheva qu’au IVe siècle.

La femme grecque jouait pleinement son rôle de maîtresse de la maison ; il en allait tout autrement dans la vie publique.

0 | 10 | Tout afficher