Catholique anonyme : présentation du livre

Thierry Bizot :catholique anonyme, roman (Editions du Seuil, avril 2008)
introduction, extraits proposés. - J’ai ajouté un lien vers une émission de KTO dans la série « Visages » où vous pourrez découvrir Thierry Bizot.

Thierry Bizot : catholique anonyme, roman
Editions du Seuil, avril 2008

« Ce récit est le portrait d’un homme d’aujourd’hui, fonceur et anxieux, qui voudrait tout réussir. Vie professionnelle et vie privée sont traitées avec une sincérité totale, un sens aigu de l’observation et de l’autodérision. »

« Il faut avoir une sacrée motivation pour faire son coming out spirituel dans le milieu des médias.
Jusqu’à l’âge de 44 ans, j’ai été un catholique non pratiquant, non communicant, non convaincu. N’étant pas suicidaire de nature, je n’ai jamais revendiqué mon éducation catholique, afin de ne pas passer pour un ringard, ce qui représente la condamnation ultime pour un producteur de télévision.

Et puis un jour j’ai reçu une étrange invitation… Un professeur de mon fils, que j’estime beaucoup, me proposait de venir un soir à une catéchèse pour adultes, à deux pas de chez moi. Plus intrigué qu’autre chose, et désireux de lui faire plaisir, j’ai participé pendant deux mois, de façon décousue et méfiante, à des séances qui me paraissaient intellectuellement intéressantes. J’y suis allé pour me cultiver, un peu comme si j’assistais à des cours de philo…

Et c’est là que j’ai fait une rencontre. Une rencontre qui a changé toute ma vie. »

Des extraits à lire

Une vie trop rapide, trop remplie, trop stressante
« Chaque jour, quand l’occasion se présente de m’isoler dans une tranche de sérénité, je trouve mille excuses pour ne pas le faire »

C’est presque une honte aujourd’hui de s’avouer catholique
Dans le milieu dans lequel je vis, un catholique est ridicule, grotesque, risible, naïf, coincé.

Pour ce qui concerne la religion, je suis immature
Si je comparais ma culture spirituelle à celle que j’ai du roman, elle se limiterait à la comtesse de Ségur, au « Club des cinq » et à la « Bibliothèque Verte »

Je dominais mon sujet et me voilà dépassé
Et brusquement je suis trahi dans mon élan, je trébuche et m’effondre en silence.

Je suis un « petit garçon » émotif
J’ai juste été bousculé, ébouriffé, et je me suis retrouvé par terre, les quatre fers en l’air. Et ça m’a fait du bien.

On mange trop dans ce pays. Trop gras, trop riche, trop
Je mange trop, sans doute pour compenser, pour me rassurer. J’ai l’estomac rempli de regrets.

Avoir la foi, c’est facile, c’est comme d’être amoureux
La foi, à mes yeux, était réservée aux gens sérieux, aux pieux, aux prieurs acharnés même, aux vieux pleins de sagesse ou aux professionnels de l’Église…

Je suis comme une fleur qui se serait ouverte
C’est à cet homme sans histoire que je suis que Jésus a souhaité donner cette réserve inexplicable d’amour.