L’immense privilège qui est le mien

Mais pourquoi moi, et pourquoi vous aussi, qui lisez ces lignes ? Y a-t-il une réponse ? (p. 13)

Que celui qui a vécu dans un milieu où il a pu bénéficier d’une ouverture sur la culture, les arts et la science porte un regard sur l’ensemble de la population mondiale.

Il réalisera alors qu’il appartient à une infime minorité et s’apercevra de la chance qui fut la sienne. Un quart de l’humanité vit en-dessous du seuil de pauvreté. Pour ces gens, l’urgence quotidienne imposée par la survie est infiniment plus pressante que l’intérêt pour la vie sur d’autres planètes ou pour la création artistique.

Je peux prendre conscience de l’immense privilège qui est le mien. Je suis né et j’ai été élevé dans un environnement qui m’a laissé le loisir de me passionner pour ces questions. Mais pourquoi moi, et pourquoi vous aussi, qui lisez ces lignes ? Y a-t-il une réponse ?

-→ Pour lire la suite

Hubert Reeves  : « Je n’aurai pas le temps » p. 13