Laisser l’Esprit Saint souffler où il veut

Ce ne sont pas d’abord les « propositions de foi » de l’Église qui touchent les catéchumènes, mais l’Esprit Saint.

Laisser l’Esprit Saint souffler où il veut

L’évêque chargé en France de la catéchèse et du catéchuménat, Mgr Dubost, évêque d’Évry, a l’humilité de reconnaître la réalité : ce ne sont pas d’abord les « propositions de foi » de l’Église qui touchent les catéchumènes, mais l’Esprit Saint.

Nous sommes bien dans une « ère de l’Esprit ». Quand la nouveauté est si déstabilisante et l’Institution si impuissante, il n’y a pas d’autre solution que de se laisser dépouiller du « vieil homme », de ses anciennes façons d’agir et de penser pour s’en remettre à l’Esprit, comme l’apôtre Paul a su le faire il y a deux mille ans. C’est bien une attitude de cet ordre que les évêques prônent dans leur Lettre aux catholiques de France de 1996.
« Nous ne pouvons plus seulement nous contenter d’un héritage si riche qu’il soit. Nous avons à accueillir le don de Dieu dans des conditions nouvelles et à retrouver en même temps le geste initial de l’évangélisation : celui de la proposition simple et résolue de l’Evangile du Christ. »

Et ils affirment :
« La foi chrétienne se caractérise par la mise en route de notre liberté humaine appelée à inventer les chemins concrets de sa fidélité à l’Esprit.

[Proposer la foi dans la société actuelle. Lettre aux catholiques de France. Doc. Cathol. 1er déc 96] »

Les nouveaux convertis, p. 282