« Le cosmos et le lotus » : faisons connaissance avec l’auteur

Le célèbre astrophysicien Trinh Xuan Thuan dans « Le cosmos et le lotus » (publié chez Albin Michel) apporte des éléments de réflexion sur les mystères de l’univers et nous fait participer à la grande aventure de l’astrophysique.

« Que nous dit vraiment la science sur la nature de l’univers, sur son origine et son avenir ? Par quel mystère le langage mathématique, pure création de l’esprit humain, se révèle-t-il aussi performant pour nous décrire les phénomènes physiques, de l’infiniment petit à l’infiniment grand ? S’il existe un ordre du monde, ce que nous en disent la physique quantique et la théorie de la relativité est-il compatible avec ce qu’enseigne le bouddhisme ? Et que peut-on en conclure concernant notre propre vie ?

À ces questions passionnantes et à beaucoup d’autres, le célèbre astrophysicien Trinh Xuan Thuan répond ici d’une façon personnelle, en s’appuyant sur son expérience.

Son itinéraire l’a placé d’emblée à la confluence de trois cultures : issu d’une famille de lettrés vietnamiens imprégnée de traditions bouddhiste et confucéenne, il a reçu une éducation à la française puis une formation scientifique à l’américaine. Une telle richesse de points de vue lui permet d’apporter, non pas des réponses toutes faites du haut de son savoir, mais des éléments de réflexion accessibles à tous, qui nous font participer à la grande aventure de l’astrophysique depuis un siècle. Entre le Cosmos que nous dévoile chaque jour la science et le « Lotus » de la sagesse orientale, Trinh Xuan Thuan nous invite à emprunter une voie d’intelligence ouverte. » (Lu en page 4 de couverture de l’ouvrage)

Un auteur qui s’interroge sur son destin

Le cosmos et le lotus

« De même que je constate une organisation dans l’univers je me demande s’il en existe une dans les grandes lignes de la destinée d’un homme sans qu’il perde pour autant son libre arbitre. Plus j’avance sur le chemin de la vie, plus je me dis que certains évènements et rencontres ne peuvent être le seul fruit du hasard.
Ainsi, serais-je devenu astronome si Charles de Gaulle n’avait pas prononcé son discours de Phnom Penh et ne m’avait pas fait dévier vers l’université qui possédait le plus grand télescope du monde à cette époque ? Etc…

Trinh Xuan Thuan : Le cosmos et le lotus (Albin Michel) p. 126

« Pourquoi vulgarisez-vous ? »

La question m’est souvent posée dans les interviews. Je réponds invariablement que la principale raison est que mon sujet de recherche s’y prête. Chacun de nous a levé les yeux vers le ciel nocturne et a été ébloui par sa magnificence. Chacun de nous s’est interrogé sur l’infinité de l’univers. Nous nous sommes tous posé des questions sur l’origine du cosmos et sur sa destinée. […]

D’autres raisons, autrement plus importantes me motivent à jouer le rôle d’un « passeur de connaissance ». Il ne fait aucun doute que la société d’aujourd’hui dépend de la science et de ses dérivés technologiques. Ceux-ci sont essentiels pour le progrès de l’humanité et sa survie. Il est tout aussi certain que cette science, quand elle est mal appliquée par les décideurs qu’ils soient politiques, industriels ou militaires peut causer des ravages : la dévastation d’Hiroshima et de Nagasaki, le trou dans la couche d’ozone, le réchauffement global dû à l’effet de serre et bien d’autres blessures infligées à notre planète en sont des exemples probants.

Trinh Xuan Thuan : Le cosmos et le lotus (Albin Michel) p. 115

Jefferson, mon héros intellectuel américain

Or Jefferson est sans nul doute mon héros intellectuel américain. Principal auteur de la Déclaration d’indépendance de 1776, homme des Lumières et homme d’Etat, il oeuvra sans relâche pour défendre les droits de l’homme dans son pays et donner une base politique solide à la jeune nation dont il fut l’un des pères fondateurs. Résolument francophile, ami du marquis de La Fayette, il s’inspira des écrits de Montesquieu et de Rousseau pour la rédaction de la Déclaration d’indépendance, et résida comme ambassadeur des Etats-Unis à Paris de 1785 à 1789, fréquentant d’Alembert et Condorcet, et assistant aux derniers soubresauts de la monarchie et aux premiers épisodes de la Révolution française.

Trinh Xuan Thuan : Le cosmos et le lotus (Albin Michel) p. 84