Les apparitions de Fatima

Que dire des trois enfants portugais de Fatima qui, à la veille de la révolution d’Octobre, entendirent la Vierge Marie leur dire : « La Russie se convertira » ?

Et que dire des trois enfants portugais de Fatima qui, tout à coup, à la veille de la révolution d’Octobre, (Celle qui devait aboutir, en 1917, à la prise du pouvoir en Russie par les bolcheviques de Lénine - N.D.E.) entendirent la Vierge Marie leur dire : " La Russie se convertira" et : « A la fin, mon Cœur triomphera » ? Ces enfants, n’ont pas pu inventer de telles prédictions. Ils n’avaient que peu de notions d’histoire et de géographie, encore moins des mouvements sociaux et du développement des idéologies. Et pourtant tout ce qu’ils ont annoncé s’est réalisé.

Note au bas de la p. 203

« Le 13 mai 1917, trois petits bergers ont une apparition de la Vierge Marie. Lucia a dix ans, Francisco a neuf ans et Jacinta à peine sept. Ils ne savent ni lire, ni écrire.
L’apparition leur dit : "N’ayez pas peur ! Je viens du ciel."

Le 13 juillet, l’apparition leur dit encore :
"Revenez ici chaque mois : en octobre, je vous dirai qui je suis et ce que je veux et je ferai un grand miracle pour que tout le monde puise vous croire."
Et elle ajoute : "La guerre (1914-1918) va vers sa fin, mais, si l’on ne cesse d’offenser le Seigneur, sous le prochain pontificat une autre bien pire commencera."
Et elle ajoute : "Si l’on écoute mes demandes, la Russie se convertira et le monde connaîtra la paix. Sinon, elle répandra ses erreurs à travers le monde provoquant des guerres et des persécutions contre l’Eglise, mais finalement, mon Cœur Immaculée trimphera."
A la suite de ces premières apparitions les enfants seront l’objet d’interrogatoires policiers et de pressions multiples, mais il ne varieront jamais dans leurs témoignages.

Quand le 13 octobre arrive, plus de 50.000 personnes sont réunies sur le lieu des apparitions et assistent au fameux miracle du soleil. La Vierge Marie se présente aux enfants et leur confie un secret. » (N.D.E.)

Le rappel de ces évènements ne permet-il pas de comprendre pourquoi le Pape de la fin du siècle a été appelé "d’un pays de l’Est" ? Il fallait peut-être aussi que l’attentat de la place Saint-Pierre eût lieu un 13 mai 1981, pour que tout devienne plus clair et compréhensible, pour que la voix de Dieu, qui parle dans l’histoire des hommes à travers les "signes des temps", puisse être plus facilement entendue et comprise.

Jean-Paul II : Entrez dans l’Espérance, p. 203