Ne pas rechercher la popularité au prix d’accomodements faciles !

Les médias ont habitué les différents groupes sociaux à n’entendre que ce qui « caresse les oreilles »

Les médias ont habitué les différents groupes sociaux à n’entendre que ce qui « caresse les oreilles ». La situation ne fera qu’empirer si les théologiens, et surtout les moralistes, au lieu de se faire les témoins de « l’enseignement solide », se font les complices des media lesquels, bien entendu, donnent alors une large diffusion à leurs doctrines nouvelles.

Lorsque la vraie doctrine est impopulaire, il n’est pas permis de rechercher la popularité au prix d’accommodements faciles. L’Eglise doit faire face en répondant sans se dérober à la question :
« Que dois-je faire de bon pour avoir la vie éternelle ? »

Le Christ nous en a averti : le chemin qui mène au salut est étroit et escarpé, ce n’est pas la voie large et glissante de la facilité. Nous n’avons pas le droit d’abandonner « l’enseignement solide » ni de le modifier. Le transmettre dans son intégralité est le rôle du Magistère de l’Eglise. C’est aussi le devoir des théologiens - surtout des moralistes - qui ont une responsabilité particulière, comme collaborateurs de l’Eglise enseignante.

Jean-Paul II : Entrez dans l’Espérance p 257