Distinguer entre les différentes phénomènes d’islam radical

Les intégristes se prétendent toujours les gardiens de l’intégralité de la foi. Ils manifestent, en général, une triste ignorance de leur propre tradition.

Il convient d’établir des distinctions entre les différents phénomènes d’islam radical qui se manifestent actuellement. Tous les appels à l’islam comme moyen de faire face politiquement aux problèmes du temps ne sont pas lancés par les mêmes types d’individus et de groupes.
Tous ne sont pas conservateurs, oppresseurs de la femme et des libertés individuelles.

En France, l’approche de ces phénomènes se fait rarement dans la nuance, et les chercheurs qui s’y essaient, tel François Burgat - auteur, entre autres ouvrages, de L’Islamisme en face -, sont trop peu nombreux. Si des islamistes sont porteurs d’une vraie légitimité populaire, comment ne pas accepter le dialogue avec eux ?

Les intégristes se prétendent toujours les gardiens de l’intégralité de la foi, même quand c’est pour affirmer que la langue éternelle de l’Eglise est le latin, langue qu’ignoraient le Christ et ses premiers disciples. Ils manifestent, en général, une triste ignorance de leur propre tradition, mettant sur un même plan la louange due à Dieu et le droit de lapider la femme adultère.

L’essentiel, l’éternel, se voit mis au même niveau que des règlements faisant référence à des situations contingentes liées à des moments de l’histoire.

On constate, aujourd’hui, toute la confusion qui règne autour de la définition même de la Sharia, présentée généralement comme loi de Dieu. De celle-ci, les régimes et les groupes qui s’en réclament, comme ceux qui voient en elle une horreur, mettent toujours en avant les dispositions pénales les plus cruelles : amputation de la main des voleurs, lapidation de la femme adultère, exécution du sodomite ou de l’apostat…
Or la Sharia est avant tout une voie, un chemin, une invitation à la conversion. Il s’agit, pour chaque croyant et pour toute société de croyants, de tenter de vivre dans le respect des appels de Dieu.

Au long de l’histoire de l’islam, les manières de codifier les appels divins ont été diverses, les prescriptions contenues dans le Coran ou dans la Sunna (tradition) ont connu des interprétations et des applications qui ont varié selon les lieux et les moments.
Mais, bien entendu, il s’avère plus facile d’instaurer la mutilation du voleur plutôt qu’une société de justice où le pauvre n’est pas acculé à voler. Pourtant c’est de cette dernière exigence de justice pour les peuples dont le Coran est fondamentalement porteur.

Extrait de « Nous avons tant de choses à nous dire : Pour un vrai dialogue entre chrétiens et musulmans » par Rachid Benzine et Christian Delorme (p 209)

Vos témoignages

  • salafia 25 octobre 2012 12:43

    Le prédicateur a besoin de douceur et de sincérité (shaykh Ibn Bâz rahimahu Allah)

    Question : Certains qui passent pour être complètement voués à la cause d’Allah , se comportent avec les gens d’une manière rude et austère . Ils paraissent toujour en colère . Quel conseil donnez vous à ceux là ? Et quel est le devoir du musulman vis à vis de son frère si ce dernier ne s’attache pas suffisamment aux principes et aux enseignements de la religion ?

    Réponse : D’après la Sunna purifiée , celle du prophète sallallahu ’alayhi wa sallam , le devoir est d’appeler à Allah avec sagesse et souplesse . Allah exalté soit Il , a dit à Son prophète :

    « Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure façon »

    (Sourate An Nahl verset 125)

    Et aussi : « C’est par quelque miséricorde de la part d’Allah que tu (Muhammad) a été si doux envers eux ! Mais si tu étais rude , au cœur dur , ils se seraient enfuis de ton entourage. Pardonne leur donc et implore pour eux le pardon (d’Allah) »

    (Sourate Al ’Imrân verset 159)

    Allah a dit lorsqu’Il envoya Moise et Haroun au Pharaon : « Puis parlez lui gentiment . Peut être se rappellera t-il ou (Me) craindra t-il ? »

    (Sourate Tâ Hâ verset 44)

    Le prophète sallallahu ’alayhi wa sallam a dit pour sa part : Allah est Doux et aime la douceur , Il donne pour la douceur ce qu’Il ne donne pas pour la violence .

    (Rapporté par Muslim 2593)

    Il disait aussi quand il envoyait quelqu’un en expédition : Tâchez de faciliter les choses et gardez vous de les rendre difficiles , annoncez la bonne nouvelle et ne nourrissez pas la répugnance , vous êtes envoyés en missionnaires qui facilitent les choses , non qui les rendent difficiles .

    (Rapporté par Al Bukhârî et Muslim )

    Note : Ce hadith concerne l’histoire de cet homme qui a uriné dans la mosquée

    Ainsi faut il que le prédicateur soit souple dans son comportement , qu’il ait le visage toujours souriant et ouvert , car cela favorise le contact avec celui qu’il appelle à Allah . Il faut que l’appel soit voué exclusivement à Allah exalté soit Il , et non à sa propre personne . Il ne doit avoir aucun sentiment vindicatif vis à vis de ceux qui refusent de répondre favorablement à sa prédication . En effet s’il appelle uniquement et sincèrement à Allah , il fait preuve de fidélité exclusive et de désintéressement personnel . Alors , Allah lui facilitera la tâche et le guidera vers le droit chemin , grâce à ses efforts , qui Il voudra . Mais si la prédication est intéressée , orientée vers la propre personne du prédicateur qui en fait une cause individuelle et un combat à remporter contre l’ennemi , elle devient insuffisante et sans doute inutile . Mon conseil à mes frères les prédicateurs est donc d’éprouver ce sentiment, c’est à dire d’appeler les gens dans leur propre intéret et pour le triomphe de la seule religion d’Allah exalté soit Il .

    (Source : Shaykh Ibn Bâz rahimahu Allah "Magazine Ad Da’wah numéro 1291)