L’icône une incarnation matérielle du monde spirituel

La prière élevée devant elle n’est pas adressée à la planche de bois recouverte de peinture

Dans ce sens, également, l’icône est une incarnation matérielle du monde spirituel.

La prière élevée devant elle est adressée non à la planche de bois recouverte de peinture, mais à la présence dont elle est porteuse et qui émane d’elle.

Imprégnées par les énergies de la grâce, les icônes sont des fenêtres ouvertes sur l’invisible. L’iconographe est un théologien. Il « écrit » sa théologie avec des formes et des couleurs.
Si l’homme devient ce qu’il contemple, comme l’écrivait Plotin, la lumière de l’au-delà qui jaillit de l’icône pénètre au plus profond de son cœur.

Michel Evdokimov : Ouvrir son cœur p. 145