L’exclusion chez les femmes

L’instabilité des couples, la précarité grandissante des métiers peu qualifiés, l’éclatement des familles, ont comme conséquence l’apparition sur nos pavés de femmes de plus en plus jeunes.

Traditionnellement, il y avait peu de femmes SDF. Longtemps, elles « tenaient » par et pour leurs enfants, même quand elles se trouvaient dans des situations objectivement intenables. Elles se débrouillaient en cas de coup dur, arrivaient toujours à trouver un homme, des soutiens ou des ressources. Dans la mesure où elles réussissaient à « faire du lien », elles étaient moins exposées que certains hommes, plus susceptibles de glisser dans l’alcool et la désaffiliation.

La mutation des modes de vie, des modèles familiaux, du monde du travail met désormais à mal cette sorte d’« immunité » féminine. L’instabilité des couples, la précarité grandissante des métiers peu qualifiés, l’éclatement des familles, ont comme conséquence l’apparition sur nos pavés de femmes de plus en plus jeunes. Elles représentent tout de même vingt pour cent des SDF aujourd’hui. Des femmes battues qui, contrairement à leurs aînées, refusent de supporter leur situation et quittent le domicile familial. Des adolescentes plus ou moins toxicoses plus ou moins révoltées, en rupture avec leur famille.
(p. 214 )