Frères Maristes décédés au cours de l’année 2015

F. Baptiste Anthouard - F. Aimé Maillet - F. Jean-François Pouliquen - F. Jean-Claude Goutagny - F. Paul Bissardon - F. Louis DESTOMBES - F. Jacques Brouxel

Fr. Baptiste Anthouard

Baptiste Anthouard Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Baptiste ANTHOUARD décédé le mercredi 28 janvier 2015 dans la 84e année de son âge et la 65e année de sa profession religieuse.
Frère Baptiste ANTHOUARD est né à Coucouron (Ardèche), le 17 janvier 1932. De l’école privée de son village, il descend au juvénat, à Ferrières-sous-Aubenas, en 1946. Il fera le circuit de ceux de son âge : juvénat supérieur à Saint Paul-Trois-Châteaux, puis postulat-noviciat à Lacabane, suivi du scolasticat à Saint Genis-Laval en 1950.
Un an d’enseignement à Marseille, puis au Cheylard, avant les deux ans de coopération, de 1954 à 1956, à Jounieh, au Liban ; à son retour, il reste un an à Aubenas (pensionnat de l’Immaculée-Conception) et à Bessèges (Gard). Il vient ensuite à St Joseph de Marseille, passer licence et maîtrise de lettres à la Faculté des Lettres d’Aix-Marseille ; il y enseigne jusqu’en 1969. De là, il va à Bourg-de-Péage, après le second noviciat à Saint Paul-trois-Châteaux, en 1970. Il passe 5 ans au Cheylard, puis il redescend à Marseille comme professeur en 1976. Il assurera la fonction de directeur, de 1983 à 1988, et il y prendra sa retraite, avant de partir en mission au Vanuatu, en 1998. Un bref séjour à Toulouse, en 2001, et il repart en Nouvelle Calédonie en 2002, d’où il revient finir sa retraite à Saint Paul-trois-Châteaux, en 2011. Quelques jours d’une très récente maladie mal définie, l’ont fatigué ; et une chute malencontreuse a provoqué une fracture du col du fémur. Hospitalisé, il devait être opéré le 28 janvier, mais il est décédé dans le courant de la nuit.

Fr. Aimé Maillet

Aimé Maillet Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Aimé MAILLET décédé à Paris, le jeudi 26 février 2015, dans la 84e année de son âge et la 65e année de sa profession religieuse.
Frère Aimé MAILLET est né le 23 août 1931 en Avignon (Vaucluse). Sa famille dont les origines sont de Coucouron en Ardèche, habitait alors près d’Uzès, dans le Gard. En sept. 1942, il entre au juvénat de Mazères, près de Pau, où son oncle Frère Mariste est l’un des responsables. En 1944, il vient au juvénat de La Valla-en-Gier (1944-47), et il fait encore une année de juvénat (supérieur) à St Paul-Trois-Châteaux. En octobre 1948, il se rend à N.D. de Lacabane, à Cublac (Corrèze), pour le postulat et le noviciat ; il y fait sa première profession, le 15 août 1950.
Ayant déjà les titres requis pour enseigner en primaire, il commence immédiatement en classe de CM2, à St Louis de Bordeaux (1950-52). En 1952-53, il est au juvénat de N.D. de Lacabane, comme surveillant et professeur.
Après une année de coopération au Liban, il est mobilisé à Barcelonnette, avant d’être envoyé en Algérie (1957-59) dans une unité de gendarmerie. Il revient en janvier 1959, et il enseigne successivement à Espira-de-l’Agly (1959-1963) et à Toulouse (1963-64), tout en poursuivant des études supérieures. Puis il est affecté à Brive (St Joseph) pour une longue période (1964-1992), comme enseignant, puis comme Directeur de l’école et supérieur de la communauté.
Il termine sa carrière d’enseignant à Bourg-de-Péage (Drôme) (1992-95). Puis, pendant sept ans, il assure un service de traduction à Rome (1995-2002). Sa longue dernière étape se déroule à Paris (2002-2015) où le Seigneur vient de le rappeler assez subitement dans la Joie et la Paix de son Royaume, auprès de Marie et de tous nos saints maristes.
Nous garderons le souvenir d’un confrère agréable et disponible, ayant bien servi jusqu’au bout, tout au long d’une riche existence.

Voir l’article écrit par F. Aimé Maillet sur son voyage au Brésil en 1997

F. Aimé parle de l’un de ses engagements lorsqu’il était en communauté à Paris

Fr. Jean-François Pouliquen

Jean Pouliquen Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Jean POULIQUEN décédé à Saint Genis-Laval, le Vendredi-Saint, 3 avril 2015, dans la 86e année de son âge et la 63e année de sa profession religieuse.

Frère Jean POULIQUEN est né le 29 juin 1929 à Noisy-sur-Oise (Val d’Oise). Élève de l’établissement mariste Saint Joseph du Montcel à Pont-Sainte-Maxence (Oise), il envisage l’entrée dans la Congrégation, mais, devant l’opposition paternelle, il doit attendre sa majorité pour réaliser ce projet. C’est le 2 février 1951 qu’il entre au postulat à Cassel (Nord). Il y fait aussi son noviciat (1951-52) et sa première profession, le 15 août 1952. Puis il commence l’enseignement en poursuivant ses études supérieures d’abord à Lille (1952-53), puis au scolasticat de Saint Genis-Laval (1953-55) et à Cassel (1955-56). Il termine sa licence en mathématiques à Lille, en 1955. Il poursuit encore ses études, tout en enseignant au Pensionnat de Beaucamps (1956-57), puis aux Facultés Catholiques de Lille. Il y soutient sa thèse de Doctorat en Physique en 1962 (Ondes ultra- sonores dans les liquides).
Dès lors, cet universitaire de haut niveau poursuit un long travail de recherche à l’Université catholique de Lille (1962-1981) où il est directeur de thèses. En juillet 1981, il devient Provincial de la Province de Beaucamps, puis, après une restructuration, il est Vice-Provincial de la Province de Beaucamps-St Genis (1982-86). Il garde toutefois un service de huit jours par mois à l’Institut supérieur de l’électronique et du numérique (ISEN) de Lille et au CNRS. A partir de 1986, il rejoint la région lilloise, y exerçant son activité de professeur et de chercheur, et y animant des foyers vocationnels à Lomme puis à Marcq-en-Baroeul. De 2000 à 2009, il est membre de la communauté de Beaucamps-résidence. Sa santé le contraint à réduire et, finalement, à cesser ses activités, sauf pour la responsabilité du site internet inter-maristes. Il vient en repos à la communauté, puis à l’EHPAD, de Saint Genis-Laval en 2009. Sa longue et éprouvante maladie prend fin en ce matin de Vendredi-Saint.
Que le Seigneur accueille maintenant dans la joie sans fin, son bon et fidèle serviteur.

Fr. Jean-Claude Goutagny

Jean Claude Goutagny Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Jean-Claude GOUTAGNY décédé à Saint Genis-Laval, le mardi 14 avril 2015 dans la 69e année de son âge et la 51e année de sa profession religieuse.
Frère Jean-Claude GOUTAGNY est né 1er janvier 1947 à Lyon. Sa famille avait alors une exploitation agricole à Pomeys (69) près de La Neylière, dans les monts du Lyonnais. Le 1er octobre 1958, il entre au juvénat de St Genis Laval (St Joseph). C’est à St Genis-Laval (Le Montet) qu’il suit la formation du postulat (1962-63), puis du noviciat (1963-64). Le 15 août 1964, il fait sa première profession religieuse. Pendant trois ans (1964-67), il reste au Montet pour le scolasticat.
En septembre 1967, il est nommé à Le Russey (25) comme surveillant, tout en poursuivant ses études ; il en sera de même de sept. 1968 à sept. 1972 à ND de Bellegarde (Neuville-sur-Saône). De juillet 1972 à juillet 1973, il accomplit son service militaire à Brest. Ensuite, il devient enseignant, d’abord à St Martin-en-Haut (1973-79), puis à Coise (1979-86), et de façon discontinue, à Larajasse, St Denis-sur-Coise, Chazelles-sur-Lyon, car il est soutien de famille auprès d’un père âgé et d’un frère handicapé.
A partir de 1999, il peut retrouver une vie communautaire normale à St Genis-Laval. De 2000 à 2002, il suit une formation pour un service d’aumônerie en hôpital, service qu’il exerce à l’hôpital de Ste Foy-les-Lyon, de 2003 à 2010. Il reste définitivement membre de la communauté de St Genis où il est admis à l’EHPAD en fin d’année 2014. Sa santé s’est rapidement détériorée ces derniers mois. Il vient de vivre sa Pâque pour retrouver dans la paix et la joie du Ciel tous ceux qu’il a aimés et servis avec beaucoup d’attention et d’affection.

Fr. Paul Bissardon

Paul Bissardon Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Paul BISSARDON décédé à Lille le vendredi 18 septembre 2015, dans la 76e année de son âge et la 58e année de sa profession religieuse.
Frère Paul BISSARDON naît le 3 juillet 1940 à St Symphorien-sur-Coise (Rhône), et il est baptisé dans sa paroisse, à Aveize, le 14 juillet 1940. A l’âge de 12 ans, il entre au juvénat de Franois (Doubs) ; et à 16 ans, en octobre 1956, il devient postulant à St Genis-Laval. Du 08/09/57 au 08/09/58, il y suit la formation du noviciat qui se termine par sa première profession, le 8 sept.1958. Il reste à St Genis-Laval, au scolasticat, pendant deux ans, pour y préparer et obtenir les diplômes requis pour l’enseignement.
En septembre 1960, il débute sa carrière d’enseignant à École (Doubs) (1960-63), qu’il poursuit à Feillens (Ain), en 1963-64. En 1964-65, il est en coopération à Damas (Syrie), puis il achève son temps de service militaire à Sathonay, près de Lyon. Ensuite, il retrouve son service d’enseignant à l’externat St Joseph (St Genis Laval) (1966-70). Il reprend une formation pour devenir catéchiste professionnel (1970-72) ; dès lors, il s’implique pleinement dans la pastorale en divers lieux : Saint Genis-Laval (1972-74), Villeurbanne - Centre Culturel Œcuménique, dont il est, un temps, responsable (1974-1982), puis, après une année de recyclage religieux (1982-83), St Martin-la-Plaine, comme responsable de l’accueil (1983-1999).
Il devient ensuite animateur pastoral, pendant dix ans, à Mulhouse (Haut-Rhin). Il prend alors une retraite active à la communauté d’accueil de Paris (2009-2014), soucieux d’y animer le groupe des étudiants, et de maintenir des contacts dans le cadre d’un cercle de dialogue islamo-chrétien, suite à des engagements pris à Mulhouse.
Il venait de suivre deux mois de spiritualité à Rome, et de rejoindre sa nouvelle communauté, à Beaucamps, lorsque la maladie (cancer) l’a atteint et emporté rapidement. Ainsi, il nous laisse dans le deuil, ce confrère rayonnant et zélé, ce grand serviteur de l’Évangile, surtout auprès des jeunes en difficultés.

Voir l’article où Fr. Paul Bissardon parle de son engagement dans le dialogue islamo-chrétien

Fr. Louis DESTOMBES

Louis Destombes Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Louis DESTOMBES décédé à La Valla-en-Gier (42), le mercredi 30 septembre 2015, dans la 84e année de son âge et la 66e année de sa profession religieuse.
Frère Louis DESTOMBES est né le 13 janvier 1932 à Roncq (Nord). Il est l’aîné d’une famille nombreuse. C’est à Cassel (Nord) qu’il a suivi la formation du postulat (sept. 48 à août 49) et du noviciat (août 49 à août 50). Il y a fait sa première profession, le 15 août 1950. Il est ensuite scolastique à Saint Genis-Laval ; mais de graves ennuis de santé l’obligent à interrompre cette étape de formation.
Il part alors en traitement à Digne (Alpes de Haute Provence) pendant une année (juin 1951-juin 1952). A son retour, ayant déjà les qualifications requises, il commence l’enseignement à Roubaix (1952-54), puis à Cassel, d’abord comme adjoint, puis comme directeur (1954-1965).
Après deux années de formation complémentaire à Lille, puis à Rome, il est nommé, en août 1967, à l’établissement St Nicolas, à Lille, comme directeur et comme enseignant, jusqu’en 1987. De septembre 1987 à juin 1988, il est en année sabbatique à Paris. Et, de 1988 à 1998, il dirige l’établissement de Megève (74). Puis, pendant 7 ans (1988-2005), il assure la fonction de supérieur de la communauté de St Genis-Laval (Le Montet). Depuis 2005, il est membre de la communauté d’accueil de La Valla en Gier.
Durant toute sa vie Frère Louis a su faire fleurir ses qualités d’éducateur et de Petit Frère de Marie : le service, la disponibilité et la foi enracinée dans les engagements. Que Marie et Champagnat en qui il avait une grande confiance, l’accueillent auprès du Seigneur et de tous ceux qu’il a aimés et qui l’ont précédé.

Fr. Jacques Brouxel

Jacques Brouxel Le Seigneur a accueilli dans la paix de sa maison Frère Jacques BROUXEL décédé le jeudi 17 décembre 2015 dans la 78e année de son âge et la 60e année de sa profession religieuse.
Frère Jacques BROUXEL est né le 20 juin 1938 à St Sornin-Lavolps, en Corrèze. En octobre 1949, il entre au juvénat de N.D. de Lacabane, à Cublac, en Corrèze. Il y reçoit ensuite la formation du postulat et du noviciat (1954-1956), et y fait sa première profession religieuse, le 15 août 1956. Il est au scolasticat à St Genis-Laval pendant l’année 1956-1957.
Son activité apostolique débute à N.D. de Lacabane, soit comme surveillant au juvénat, soit dans des travaux divers d’entretien (1957-1961). De 1961 à 1964, il est éducateur à l’école St Jean de Mazamet (Tarn). C’est surtout à Notre-Dame des Anges, à Espira-de-l’Agly (Pyrénées orientales), qu’il assure un long et fidèle service de maître d’internat et de surveillant pendant 19 ans (1964-1983). Il est très attentif à ses petits internes auprès desquels il se dévoue totalement. En 1983, il fait un second noviciat de 6 mois, puis rejoint la communauté de Blancotte (Cazères-sur-Garonne) pour quelques mois, avant d’être nommé dans la communauté de Toulouse-Montalembert. Là, pendant une quinzaine d’années, il est agent d’entretien dans l’établissement, en s’en allant doucement vers une retraite professionnelle, en 1998. Il reste à Toulouse jusque fin décembre 2014. Son état de santé se dégradant très sérieusement, il entre à la communauté de l’EHPAD du Montet (St Genis-Laval), le 10 janvier 2015. Il a très courageusement supporté sa douloureuse maladie, et s’est remis avec confiance dans les mains du Seigneur qui vient de le rappeler à Lui dans sa paix et sa joie sans fin.