Frères Maristes décédés au cours de l’année 2008 (2/2)

Frère Antoine Parrel, Frère Georges Morange, Frère Benoît GALLEY, Frère Guillaume SCHMIDT, Frère Gabriel Michel, Frère Charles PASCAL

Frère Antoine PARREL

Antoine Parrel Frère Antoine PARREL décédé le 12 novembre 2008, est né à Saint Didier-La Séauve (43) le 27 novembre 1921. En janvier 1932, il entre au juvénat de La Valla, puis est un des 20 juvénistes du premier juvénat supérieur à N.D. de l’Hermitage. Il fait ensuite le postulat et le noviciat à Santa Maria (Italie) et une année de scolasticat à N.D. de l’Hermitage (42).
Commence alors, à partir d’octobre 1939, une longue carrière au service des jeunes, comme éducateur, instituteur, professeur de collège – et au service de nombreux Frères qu’il accompagne comme conseiller pédagogique car après une formation personnelle aux Facultés Catholiques de Lyon, en 1962, il aide d’abord ceux qui préparent leur C.A.P.(certificat d’aptitude pédagogique), aussi ceux qui rencontrent quelques difficultés dans l’enseignement. Il y acquiert une telle compétence qu’il est chargé de cours à l’ISP (Institut Supérieur de Pédagogie) de l’Université Catholique de Paris.
Par ailleurs, il a vécu la lourde épreuve des Chantiers de Jeunesse (STO) en Allemagne de 1942 à 1945 ; sa santé en a dès lors été très affectée. Beaucoup se souviennent encore des chroniques riches en références bibliques et pleines d’humour sur le déroulement du Chapitre Général en 1967 et 1968 comme « reporter » francophone des activités de ce Chapitre.
Il a eu aussi d’autres responsabilités, comme supérieur de communautés, à Boën sur Lignon (42), à Lagny (77), à Blancotte (31) et comme responsable de l’exploitation du Domaine. Quand il s’est retiré à N.D. de l’Hermitage, en 1989, il a fait un travail important de collecte des Annales des communautés et assuré fidèlement le service de sacristain. En septembre 2004, il rejoint la communauté du Montet à St Genis Laval (69). C’est là qu’il s’est éteint pour rejoindre la Maison du Père qui accueille maintenant ce fidèle et généreux serviteur.

Découvrez la vie de F. Antoine Parrel dans l’interview qu’il a donnée à la revue « Présence Mariste »

Article écrit pour la revue « Présence Mariste » : Le moulin de Maître Cornille

Article écrit pour la revue « Présence Mariste » : Le souci des pauvres dans nos écoles

Article écrit pour la revue « Présence Mariste » : Transformer les chapelles en Eglise

Frère Georges Morange

Georges Morange Frère Georges Morange est décédé le mardi 15 juillet 2008 à l’âge de 78 ans à St Genis-Laval, dans la 61e année de sa profession religieuse. Il est né le 5/07/1930 à la Roche noire (Puy-de-Dôme 63) ; son père était ouvrier papetier. Il est entré au juvénat de Varennes sur Allier (03) en octobre 1943. Il a fait son postulat et noviciat à St Genis Laval (69) de 1945 à 1947 puis sa première profession religieuse le 8 septembre 1947.
Son apostolat d’éducateur et professeur le fera passer à divers endroits : il commence par une année de repos à Varennes (03) de 1950 à 1951. Il sera professeur au Mayet de Montagne (03) de 1951 à 1953, il ira à Chagny (71) de 1953 à 1959.
Il sera professeur apprécié pour sa compétence et sa clarté à Neuville- sur-Saône (69) de 1959 à 1975. Dans cette période il a enseigné les mathématiques aux Facultés Catholiques de Lyon. Après une année de recyclage il sera professeur à Moulins (03) et Vichy (03) et assurera la direction de l’IPEC d’Auvergne de 1976 à 1989.
Il a été élevé au grade de Chevalier des Palmes Académiques en 1983, au grade de Chevalier dans l’Ordre National du Mérite en 2000, puis promu au grade d’Officier dans l’ordre des Palmes Académiques en 2006.
Durant sa retraite professionnelle il sera quelque temps comptable du diocèse de Moulins. Il prendra définitivement sa retraite à Varennes sur Allier en 1995. Il y a environ 1 an et demi il découvrait son cancer qui l’a beaucoup affecté. Après des passages divers dans des hôpitaux et maisons de soins il est venu à l’EHPAD de St Genis Laval en décembre 2007.

Frère Benoît GALLEY

Benoît Galley Frère Benoît GALLEY est décédé le 9 septembre 2008 à Varennes sur Allier (03) dans sa 88° année. Il est né à Doizieu (Loire 42), le 24 octobre 1920. A l’âge de 12 ans, il entre au juvénat de La Valla (42), 4 ans plus tard, il part en Italie, à Santa Maria (Canavese) où il suit la formation du Postulat et du Noviciat avant d’y faire profession le 15 août 1937. Pendant 2 ans, au scolasticat de N.D. de l’Hermitage (42), il poursuit les études qui lui permettront d’obtenir le Brevet Elémentaire en 1939.
Dès lors commence une longue carrière d’enseignant dans les écoles de Saint Pal de Mons (43), de St Félicien (07), de St Genest Malifaux (42), de Belmont (42), de Charlieu (42), du Monastier sur Gazeille (43) où il est Directeur.
Il lui est ensuite demandé un service d’infirmier pour les Frères âgés à N.D. de l’Hermitage (1951 à 1956).
Puis il reprend une activité d’enseignant à Charlieu (42), Serrières (07), Saint Genest Malifaux (42) et Saint Sauveur en Rue (42).
Vient alors le temps de la retraite professionnelle : il sera successivement dans les communautés de Saint Just en Chevalet, du Mayet de Montagne (03) et enfin de Varennes (03). Il a rendu bien des services aux personnes qui avaient des problèmes de santé. Nous garderons de lui le souvenir d’un confrère avenant et très serviable. Que le Seigneur et Notre-Dame l’accueillent dans la joie et la paix éternelles.

Frère Guillaume SCHMIDT

Guillaume Schmidt Frère Guillaume SCHMIDT décédé le 14 octobre 2008 à St Genis Laval dans sa 88° année, est né le 4 novembre 1921 à Merlebach en Moselle. En février 1937, il se rend à Pommeroel en Belgique pour le postulat, puis le Noviciat. Il y fait sa première profession le 25 août 1938.
Très vite, il est nommé dans les communautés de Tourcoing puis de Saint Martin les Boulogne pour des services d’intendance et de cuisine. Après une formation professionnelle, il devient enseignant, respectivement à Peruwelz (Belgique), Pont Ste Maxence (Oise), Aulnois sur Seille (Vosges), Wormhout (Nord). A partir de 1959 il travaillera à Beaucamps, Aulnois, Peruwelz, Roubaix (Nord) dans l’encadrement éducatif des élèves ou des services d’économat.
Et pendant 9 ans, de 1977 à 1986, il est, à Rome, secrétaire particulier de langue française du Frère Basilio Rueda. Puis viennent les années de repos et de retraite, à Saulny (Moselle) ; Longeville les Metz et Sallanches (Haute-Savoie). Finalement, il rejoint la communauté de St Genis Laval, à cause de ses problèmes de santé, notamment de sa vue très déficiente.

Frère Jean-Gabriel MICHEL

Gabriel Michel Frère Jean-Gabriel MICHEL décédé le 17 novembre 2008, est né le 6 avril 1920 à Chazelles sur Lyon (Loire). De septembre 1932 à février 1936, il est juvéniste d’abord à La Valla puis à N.D. de l’Hermitage. Il fait le postulat, le noviciat et sa première profession à Santa Maria, près de Turin.
Suivent deux années de scolasticat à N.D. de l’Hermitage ; après l’obtention du baccalauréat, il débute dans l’enseignement comme instituteur à Tence (Hte Loire) mais rentre bientôt à N.D. de l’Hermitage poursuivre des études pour la licence de lettres classiques et enseigner au scolasticat et au noviciat puis au Juvénat Supérieur dont il devient directeur en 1953.
En 1956 il est nommé Directeur de l’important pensionnat de N.D. de Valbenoîte à St Etienne et revient comme professeur au juvénat de N.D. de l’Hermitage en 1965. En 1967, lors du 17e Chapitre Général, il est élu Secrétaire Général et membre du Conseil Général. Il sert sans compter le Frère Basilio RUEDA qu’il aime et admire beaucoup, pendant les 9 ans de sa fonction, et pour maintes autres missions que lui demande ultérieurement notre Frère Supérieur Général.
Il a été, dès 1965, un pionnier de la recherche sur nos origines et sur St Marcellin et a publié nombre d’ouvrages biographiques et historiques. A partir de 1976, pendant une vingtaine d’années, il est à N.D. de l’Hermitage, avec un court séjour à St Chamond Fonsala, animateur de sessions, conférencier et guide en langues française, anglaise, espagnole auprès des pèlerins des lieux maristes.
Retiré définitivement à St Genis Laval, il conserve une forte activité intellectuelle toujours orientée par sa foi profonde et son souci apostolique. Religieux tout donné, personnalité rayonnante, homme de prières, notre Frère nous quitte pour la joie et le repos éternel auprès de Dieu, de Marie et de tous « nos » saints qu’il a si bien aimés et servis !

Voir l’article écrit par F. Alain Delorme sur le F. Gabriel MICHEL

F. Gabriel MICHEL a écrit plusieurs articles intitulés « Si on parlait de la prière ? »

Voir aussi son article intitulé « La Père Champagnat et les enfants »

F. Gabriel MICHEL s’interroge sur la pratique du pèlerinage depuis l’Ancien Testament jusqu’à nos jours.

Frère Charles Pascal

Charles Pascal Frère Charles PASCAL décédé à St Genis Laval le 20 novembre 2008, est né le 21 mars 1921 à Quintenas en Ardèche(07). A l’âge de 12 ans, il entre au juvénat de La Valla en Gier et à 16 ans il part en Italie, à Santa Maria, près de Turin pour sa formation plus spécifiquement religieuse du postulat et du noviciat. Il y fait sa première profession le 15 août 1938.
Il revient à Notre-Dame de l’Hermitage pour deux années de scolasticat ; ayant obtenu le Brevet Elémentaire, titre requis pour l’enseignement primaire, il commence dès lors, en octobre 1940, sa longue carrière d’enseignant. Elle va se dérouler, interrompue seulement par le temps du service militaire, dans les établissements suivants : St Pal-de-Mons (43), Tence (43), Chevrières (42), St Genest Malifaux (42), Serrières (07) et à l’école St François de St Chamond (42). A Chevrières, il assure la direction de l’école tout en exerçant un plein temps son service d’enseignement.
En 1982, au début de sa retraite professionnelle, il suit un stage de deux mois à Rome sur la spiritualité mariste. Après une année à Espira de l’Agly (66) pour des services divers, il est affecté à Notre-Dame de l’Hermitage, où pendant 20 ans, il prend une part active à la vie de la communauté et de la maison. Déjà, dans nos écoles, il entretenait les jardins potagers et à N.D. de l’Hermitage, il participe à l’accueil surtout en embellissant de splendides parterres les espaces ouverts aux pèlerins et visiteurs.
Retiré à St Genis Laval, en 2004, il y continue la culture des fleurs. Par ailleurs, il a des goûts très spécifiques qu’il entretient par ses lectures sur les médecines parallèles, la spiritualité, l’histoire, la philosophie etc. C’est une vie toute simple de labeur et de fidélité qui s’achève assez brusquement ; F. Charles est maintenant entré dans la Communion des Saints avec St Marcellin et tous nos Frères qu’il a connus et aimés.

(D’après les « avis morturaires » publiés lors du décès de ces Frères)