Frères Maristes décédés au cours de l’année 2012

F. Gérard DÉTRAZ - F. Joseph SANDOR - F. Louis BARONNIER - F. Pierre POINAS - F. Marc TISSANDIER - F. Fernand CHAPPAT - F. Auguste BOIT - F. André CAZE - F. Jean BENIGAUD - F. Francis BERRY - F. Auguste BERT -

Frère Gérard DETRAZ

Gérard Détraz Frère Gérard DETRAZ est né le 29 mars 1934 à Orcier en Hte Savoie. A 15 ans, il entre au juvénat de Varennes s/ Allier puis se rend à Saint Genis Laval en sept. 1951 pour le postulat et le noviciat. Il y fait sa première profession le 08/09/1953. Après 2 ans de scolasticat, à St Genis, il enseigne à Arlanc (63) en 1955-56. Il revient comme enseignant au postulat-noviciat de St Genis (1956-58), en poursuivant des études supérieures aux facultés catholiques de Lyon.
Il part en coopération à Athènes (1958-1960), revient au juvénat de Varennes comme professeur (1960-65), est nommé directeur au Mayet-de-Montagne (1965-72). Au retour du second Noviciat, il devient Provincial de Varennes, un service de responsabilité qu’il exercera pendant 9 ans (1972-1981). Après la restructuration des provinces, il vient à ND Hermitage, comme économe provincial puis supérieur et économe local.
A partir de sept.2004, il est intendant à St Paul 3 Châteaux. En février 2011, sa santé s’étant très dégradée, il entre à l’EHPAD du Montet à St Genis. Ce confrère charmant et très dévoué, profondément religieux, nous quitte presque subitement pour entrer dans la paix et la joie sans fin avec nos frères décédés dont son oncle Fr. Hilaire Détraz qui fut également provincial de Varennes s/ Allier.

Frère Joseph SANDOR

Joseph Sandor Frère Joseph SANDOR est né le 6 avril 1923 à Kolony, Slovaquie. Il entre au juvénat de Kispest en sept.1935, puis vient au juvénat de St Genis-Laval en 1936. En mars 1939, il commence le postulat suivi du noviciat à St Genis-Laval. Il y fait sa première profession le 8 sept.1940. Suivent deux années de scolasticat à St Genis.
De septembre 1943 à février 1951, il enseigne à Pélussin (Loire), puis pendant 18 mois il fait le service militaire à Madagascar. Au retour en sept.1952, il est nommé à Neuville s/Saône (Rhône) jusqu’en déc. 1961 ; il prend alors la direction de l’important pensionnat de la Côte Saint André (Isère). Après de brefs séjours à Pont Sainte Maxence (Oise), puis à Issenheim (Haut-Rhin) et une année d’études, il est de nouveau à Neuville s/ Saône, pour un très long temps de service de 1966 à 1984 comme préfet, enseignant et pour un temps supérieur de communauté.
D’août 1984 à janvier 1985, il assure un service de secrétariat à Rome ; puis il revient à Neuville de janv.85 à sept.86 en retraité actif dans l’animation. Il devient ensuite supérieur de la communauté du Montet à St Genis-Laval, (1986-92). Puis, il fait partie de la communauté de Gyor (Hongrie) ; de là, il assure des démarches à Budapest, au sujet de ‘nos’ écoles. De 1993 à 2005, il est dans la communauté de Ste Foy les Lyon, puis rejoint définitivement l’EHPAD du Montet où le Seigneur vient de l’appeler à Lui dans la Paix et la Joie promise au bon et fidèle serviteur.

Frère Louis Baronnier

Louis Baronnier Frère Louis Baronnier est né le 12 février 1930 à Chazelles s/ Lyon (Loire). Il était encore jeune lorsque sa mère, ouvrière dans la chapellerie, est décédée. En septembre 1942, il entre au juvénat de La Valla ; en octobre 1945, il commence son postulat à St Genis-Laval, suivi du noviciat. Il y fait sa première profession religieuse le 8 sept. 1947. Il est ensuite scolastique d’abord à N.D. de l’Hermitage, puis à St Genis-Laval.
Après ce temps de formation, à partir de septembre 1949, il devient enseignant à La Valla (1949-50), à Charlieu (1950-51), à Terrenoire (1951-54), à Chazelles s/ Lyon (1954-55), à St Chamond-St Louis (1955-56) de nouveau à Terrenoire (1956-59). Puis de 1959 à 1962, il est à St Just en Chevalet, comme éducateur et catéchiste.
Après un second noviciat en 1962, il est nommé à Lagny « pour quelque temps » lui a-t-on dit alors. Et cela va durer jusqu’en 1998, soit 36 ans. Il s’épanouit pleinement, comme éducateur, responsable de l’internat des 4es et 3es, catéchiste, animateur liturgique, animateur de mouvements jusqu’au plan diocésain. Localement il contribue activement au lancement et à l’animation d’une Fraternité mariste. Mais sa santé le contraint à quitter ses fonctions et la communauté de Lagny. Il est alors dans la communauté de La Valla en Gier de 1998 à 2009 où il rend quelques services. Puis il rentre à l’EHPAD du Montet où il a vécu paisiblement ses derniers mois. C’est un éducateur zélé, un bon animateur liturgique, un grand catéchiste, un agréable confrère qui vient de nous quitter. Que le Seigneur l’accueille dans la Paix et sa Joie sans fin !

Témoignages des personnes qui ont connu F. Louis Baronnier à Lagny-sur-Marne

Frère Pierre POINAS

Pierre Poinas Frère Pierre POINAS est né le 8 août 1920 à Ste Sigolène (Haute Loire), diocèse du Puy. En nov.1932, il entre au juvénat de Saint-Paul-3-Châteaux. De là, en février 1935, il se rend à San Maurizio (Italie) pour le postulat et le noviciat. Il y fait sa première profession le 8 septembre 1936. Suivent deux années de scolasticat à Saint-Paul-3-Châteaux.
Et il commence surveillance et enseignement au juvénat de St Paul. Après un temps de service militaire et de Chantiers de Jeunesse (1940-41), son activité apostolique au sein de la Province de St Paul-3-Châteaux, essentiellement comme surveillant et enseignant se déroule pendant plus de trente ans dans nombre d’établissements : Bourg de Péage (26), Allex (26), Marseille-Villeneuve (école entièrement détruite en 1944 par un bombardement) et Marseille St.Joseph, Salon de Provence (13), Alger, Le Cheylard (07).
Ensuite, pendant une douzaine d’années (1972-1984), il s’occupe du service d’infirmerie et autres services divers au Pensionnat de l’Immaculée à Aubenas. Et pendant plus de 20 ans, il se retrouve à St Paul, comme aide-économe et surtout aide-infirmier. Son état de santé l’oblige à rejoindre l’EHPAD du Montet en 2005. C’est là que s’achève, à la veille de Pâques, cette vie simple et toute donnée. Que notre Frère trouve maintenant la Joie définitive et la pleine Lumière du Ressuscité !

Frère Marc TISSANDIER

Marc Tissandier Frère Marc TISSANDIER est né le 28 avril 1933 à Monlet (Hte Loire). C’est à 26 ans, après plusieurs années de service dans notre pensionnat d’Allègre, qu’il décide d’entrer dans notre Congrégation. En septembre 1959, il entre au Postulat à N.D. de Lacabane ; il y fait son noviciat et sa première profession le 15 août 1961. Très vite, il retrouve son travail d’éducateur et de services divers dans nos internats à Marlhes, à Notre-Dame de Valbenoîte, à Tence.
De 1965 à 1996, soit plus de 30 ans, il sert tour à tour à Marlhes et à La Valla en Gier, très longuement avec Fr. Marcel Arnaud, son directeur, dont il est l’homme de confiance.
C’est un remarquable éducateur, très disponible et attentif à chacun des enfants ; c’est aussi le frère toujours prêt à servir, à qui on a beaucoup demandé et qui n’a jamais refusé quelque service que ce soit. Aussi, lorsqu’il se retire à Saint Paul-3-Châteaux en 1996, il se dévoue sans compter surtout auprès des Frères plus âgés ou malades ; et il participe activement à la vie communautaire et à l’entretien des lieux surtout du cimetière. Il va maintenant y reposer auprès de nombreux confrères qu’il a accompagnés en ce lieu de recueillement. C’est auprès du Seigneur ressuscité qu’il les retrouve maintenant et qu’avec eux il partage la joie et le repos sans fin !

Frère Jean THOUÉ

Jean Thoué Frère Jean THOUÉ est né le 7 février 1928 à Saint Chamond dans une famille modeste : le papa est tourneur, la maman ménagère. Comme un autre de ses frères, il choisira de devenir Frère Mariste.
Il entre donc au juvénat de La Valla en Gier en 1940, puis au noviciat de N.D. de l’Hermitage pour y faire sa première profession le 15 août 1945. Commence alors une longue carrière de surveillant, d’abord en Lozère à Nasbinals puis en Haute Loire, à St Pal de Mons, et dans la Loire à Boën sur Lignon et Charlieu (10 ans).
Ces premières années professionnelles ont été entrecoupées d’une année de scolasticat à l’Hermitage, d’une année de service militaire et d’une année de second noviciat en 1965. C’est alors qu’il rejoint Lagny sur Marne (77) pour une longue période de 43 ans. C’est là qu’il va donner le meilleur de lui-même auprès des enfants de l’Ecole Primaire. Il est d’une présence de tout instant auprès de ces enfants qui l’apprécient pour sa bonté, mais aussi pour sa rigueur due à une autorité naturelle.
Il est aussi précieux pour tous les travaux humbles de la maison : entretien de la propriété, suivi de la sacristie, etc. Il continue ces services bien au-delà de l’âge de la retraite et c’est déjà fatigué qu’il regagne la Maison de Varennes sur Allier en septembre 2008, avant de rejoindre Saint Genis Laval pour des soins plus appropriés. C’est là que le Seigneur vient de le rappeler à Lui. Sa récompense sera grande, lui qui a été fidèle dans les petites choses.

Frère Fernand CHAPPAT

Fernand Chappat Frère Fernand CHAPPAT est né le 25 avril 1937 à Chomelix, dans la Haute Loire. Dès l’âge de 12 ans, il rejoint le juvénat de N.D. de l’Hermitage à St Chamond (42), puis celui de Varennes/Allier (03). Il continue sa formation à St Genis Laval (69) où il fait profession le 8 septembre 1955 pour devenir Frère Mariste à l’âge de 18 ans.
Après 3 années de scolasticat, toujours à St Genis et ses débuts professionnels d’enseignant à La Valla puis à Marlhes, il part en coopération en Syrie, à Damas pour deux ans.
A son retour en 1962, il sera successivement à St Just en Chevalet (42), Serrières (07) puis de nouveau à St Just. Il profite alors, en 1973-74, d’une année de recyclage spirituel à Rome. C’est alors qu’il rejoint sa Haute Loire natale pour enseigner d’abord à Allègre (7 ans), puis à Tence (14 ans).
Il assurera même la direction durant quelques années, mais il n’est pas très à l’aise dans cette fonction. Sur ses dernières années d’enseignant, il a même du mal à supporter les jeunes adolescents un peu turbulents. C’est alors qu’il prend sa retraite, en 1995, pour rejoindre Saint Paul-3-Châteaux (26). Il rend alors de multiples services, spécialement en s’occupant d’une partie de la propriété pour le jardinage.

Frère Auguste BOIT

Auguste Boit Frère Auguste BOIT est né le 4 novembre 1924 à Tence, en Haute Loire, commune qui a donné de nombreux frères. Après deux ans de Juvénat à La Valla en Gier (42), il fait sa formation religieuse à N.D. de l’Hermitage à St Chamond (42) ; il y fait profession comme mariste le 15 août 1942, à 18 ans. Très vite, il va commencer sa vocation d’éducateur, d’abord comme surveillant, mais surtout comme instituteur.
C’est ainsi qu’on le retrouve à St Sauveur en Rue (à deux reprises), à Marlhes, à St Félicien (43), à St Just en Chevalet (42). C’est surtout à l’école St François de St Chamond (42) qu’il va donner le meilleur de lui-même pendant 17 ans (de 1956 à 1973) et ensuite à Serrières (07) de 1973 à 1984. C’est alors le moment de la retraite qu’il prend sur place rendant de multiples services. Ses qualités de bricoleur lui permettent même d’aller exercer ses talents occasionnellement dans d’autres communautés.
En 1993, il rejoint la communauté du Rosey à Marlhes où il continue à être disponible (jardin, cuisine …). Les forces diminuant, il se retrouve à l’EHPAD de St Genis en 2004. C’est paisiblement, comme a été toute sa vie, qu’il va s’éteindre ce 12 juillet 2012. Que le Seigneur accueille ce bon et fidèle serviteur.

Frère André CAZE

André Caze Frère André CAZE est né le 15 août 1924 à Targon, près de Bordeaux. Elève des Frères Maristes à Verdelais (Gironde), il décide d’entrer au juvénat à N.D. de Lacabane (Corrèze) en 1937. Suivent le postulat et le noviciat en ce même lieu où il fait sa première profession le 8 septembre 1940. Il y fait aussi une année de scolasticat, puis enseigne pendant 3 ans au juvénat. En 1947-48, il est professeur à Terrasson ((Dordogne) ; en 1948, il est professeur à Mazamet (Tarn), puis part en Nouvelle Calédonie vers la fin de cette même année.
La Nouvelle Calédonie (Païta, Nouméa, Ile des Pins) devient sa terre de mission pendant près de 50 ans, jusqu’en 1995 ; ensuite, il se rend au Vanuatu, à Saint Michel de Santo, jusqu’en 2000. Il revient dans son sud-ouest d’origine, à Blancotte, en 2000 pour une retraite bien méritée. Après 12 ans, il quitte Blancotte pour Saint Paul-3-Châteaux, puis Saint Genis-Laval, pour motif de santé. C’est là que s’achève sa vie bien remplie, marquée d’un grand zèle apostolique.
C’est un confrère charmant, discret, distingué qui nous quitte pour un monde meilleur. Que le Seigneur l’y accueille dans sa Paix et sa Joie sans fin !

Frère Jean Bénigaud

Jean Bénigaud Frère Jean Bénigaud est né le 23 octobre 1932 à St André d’Apchon (Loire). Il est juvéniste à LaValla en Gier, puis postulant et novice à N.D. de Lacabane, Cublac (19), où il émet ses premiers vœux le 15 août 1951.
Après un an de scolasticat à Saint Genis-Laval, il entreprend un service de surveillant-éducateur dans nos divers établissements, à Marlhes (1952-54), au Liban et en Syrie (1954-56), à St Just en Chevalet (Loire) en 1956, à N.D. de Valbenoîte, St Etienne (1956-1964). Il assure un service d’économat à St Quentin Fallavier (1964-65), puis à N.D. de Charlieu (1965-77).
Il devient ensuite membre de la communauté de Blancotte à Cazères s/ Garonne (31) et travaille rudement comme régisseur de l’importante exploitation agricole (1977-97) ; il est déchargé de cette lourde fonction, mais reste dans cette même communauté, comme retraité encore bien actif, de 1997 à 2008. Il se retire alors à Varennes s/Allier, avant de venir vivre ses dernières semaines à St Genis-Laval où s’achève sa vie humble et très laborieuse. Que ce bon et fidèle serviteur entre dans la Joie et la Paix du Seigneur !

Frère Francis BERRY

Francis Berry Frère Francis BERRY est né le 18 février 1920 à Feillens dans l’Ain. En 1932, il entre au juvénat de Saint Genis-Laval ; en 1935 et 1936, il fait son postulat et son noviciat et sa première profession religieuse à San Maurizio, près de Turin. Il revient à St Genis Laval au scolasticat (1936-39). Il débute dans l’enseignement avant les chantiers de jeunesse de juin 1940 à janvier 1941.
Il est ensuite professeur à Saint Quentin Fallavier, au scolasticat de St Genis Laval, au Pensionnat St Joseph à St Genis-Laval. En 1954, il devient Directeur du juvénat St Joseph (1954-57), puis de St Jean de Pélussin (1957-62). En 1962, il est sous-maître, puis maître des novices à St Genis-Laval.
De 1964 à 1967, il est maître du second noviciat international à St Paul-3-Châteaux. De 1967 à 1980, il est animateur paroissial et catéchiste à Moutiers (Suisse), fonction qu’il retrouvera de 1987 à 2000 à Pont Ste Maxence (Oise). Entre-temps, il a été Responsable de la maison de St Genis (80-84), puis Supérieur de la communauté de la rue Dareau à Paris (84-87). Il revient à Pélussin de 2000 à 2007, avant de se retirer à St Genis-Laval.
Partout, il a su mettre ses talents de musicien au service des diverses communautés. En ce jour de la fête de l’Immaculée, le Seigneur vient de le rappeler à Lui, après une longue vie d’engagements apostoliques toute donnée ! Qu’il soit maintenant dans la paix et la Joie sans fin auprès du Seigneur, avec Marie et nos saints Frères !

Frère Auguste BERT

Auguste Bert Frère Auguste BERT est né le 14 juin 1928 à St Pierre sur Doux (Ardèche). A l’âge de 13 ans, il entre au juvénat Saint Louis d’Aubenas. C’est à St Paul-3-Châteaux qu’il fait son postulat, son noviciat et sa première profession (1944-45).
Après une année de scolasticat à N.D. de l’Hermitage (1945-46), il commence l’enseignement qu’il assurera de 1946 à 1973 successivement à Aubenas (1946-1951), à Bessèges (1951-53), à Bourg de Péage (1953-57), à Salon de Provence (1957), à Aubenas (1957-1965), au Cheylard (1965-69), à Bourg de Péage (1970-73).
En sept.1973, il entreprend des études d’infirmier ; après sa qualification, il devient responsable de l’infirmerie de St Paul-3-Châteaux et travaille aussi à l’hôpital de Montélimar. De 1984 à 1988, il est infirmier à Varennes-sur-Allier, puis il revient pour cette même fonction à St Paul-3 Ch. de 1988 à 1996.
Une fois retraité, il assure des services divers dans plusieurs établissements : Tence, Le Mayet de Montagne (03), Bourg de Péage et aussi St Paul-3-Ch. où il reste au repos de 2004 à 2012. En juillet 2012, il vient à St Genis-Laval pour y recevoir les soins que nécessite son état de santé. Et il nous quitte assez rapidement après ces longues années de dévouement auprès des jeunes d’abord puis auprès de nos Frères souffrants. Qu’il trouve maintenant la pleine récompense auprès du Dieu d’amour qu’Il a servi dans les petits et les malades au long de sa longue vie !