Nous allons au-devant d’un rendez-vous

Le dehors est arrivé chez nous. Il frappe à nos frontières et, inexorablement, les franchit. (page 10)

Le multiculturalisme, l’immigration, les brassages et métissages des cultures nous posent évidemment des problèmes nouveaux. Ils sont la transformation en problèmes domestiques du vieux face-à-face colonial de naguère. Le dehors est arrivé chez nous. Il frappe à nos frontières et, inexorablement, les franchit. Nulle barricade, nulle douane, nulle gendarmerie ne nous protégera bien longtemps de ce rendez-vous. Que nous le voulions ou non, nous serons pluriels et métis.

Il nous reste à en tirer parti, sans démagogie et sans xénophobie. Quant à la haine de l’autre, aux envies d’expulsions et de fermeture qui saisissent parfois nos consciences, ce sont des réactions aussi vaines que celles des « civilisateurs » qui s’efforçaient, jadis, de contenir les peuples sous l’autorité d’une métropole armée de canons.

Nous allons ainsi au-devant d’un rendez-vous auquel l’Histoire ne nous avait pas préparés. Mille chances et mille questions sont devant nous.

-→ Pour lire la suite

J. C. Guillebaud  : Le commencement d’un monde (p 10)