Les péchés spirituels sont plus graves que les péchés charnels

"Grégoire le Grand, qui établit la liste des péchés capitaux, dit bien que le péché capital par excellence est l’orgueil, et que les péchés spirituels sont plus graves que les péchés charnels.

Si la luxure prend une telle place, c’est parce qu’elle s’accompagne de toute une imagerie, alors que l’orgueil se dissimule. Elle est à la fois le plus visible et le plus vil, dit saint Thomas d’Aquin, car faisant apparaît du bestial. Le péché spirituel est très difficile à voir et beaucoup s’y laissent prendre tombant sous l’emprise de quelqu’un qui utilise son charisme pour devenir gourou. (…)

Naturellement, l’acte sexuel a pour conséquence de donner la vie. Mais cette chose si spontanée chez les autres animaux est assez compliqué chez l’animal de parole. Il faut des raisons de consentir à transmettre la vie, ou du moins une confiance dans la vie elle-même. Or, avoir confiance dans la vie est une attitude profondément religieuse." (Fabrice Hadjadj, philosophe)

Je souhaiterais que dans les homélies on explique plus souvent ce qu’est vraiment le péché. J’ai apprécié particulièrement l’homélie de la messe du « Jour du Seigneur » le dimanche 10 mars dernier.

L’évangile de ce dimanche était celui de la Tentation du Christ au désert (Luc 4, 1-13). Le prédicateur attirait l’attention sur la tentation qui guette les adultes. C’était celle de perdre l’espérance, la confiance en Dieu. Certes il est bien de parler souvent de péché, encore faudrait-il expliquer ce qu’on entend par là.

Voir Comment parler du péché aujourd’hui ?