Les débuts du journal « Ouest-Éclair »

Même dans les lieux les plus acquis à l’Église, la religion connaît des évolutions annonciatrices de changements.

Même dans les lieux les plus acquis à l’Église, la religion connaît des évolutions annonciatrices de changements : dans le bas Léon, en 1897, les prêtres paroissiaux font élire l’abbé Gayraud, un démocrate chrétien, malgré l’opposition de la hiérarchie cléricale.

Le Sillon de Marc Sangnier, pétri lui aussi de démocratie chrétienne, s’implante dans l’ancienne province, à la fin du siècle et au début du suivant. Le mouvement, bien installé dans le Finistère, connaît un coup d’arrêt lorsque Pie X le condamne en 1910, pour dérive progressive vers le socialisme.

On voit même apparaître, en écho à la parole de Léon XIII et de sa célèbre encyclique « Rerum novarum » prônant en 1891 un catholicisme social, une presse républicaine conforme à ses principes : en 1899, un ecclésiastique, l’abbé Félix Trochu, crée avec l’aide d’un noble libéral, Emmanuel Desgrées du Lou, le journal Ouest-Éclair. Le succès du quotidien est rapide et considérable 12 000 exemplaires dès 1901, 125 000 en 1911.

Extrait de Philippe Tourault : « La résistance bretonne du XV° siècle à nos jours » p. 250