« Lâche un peu ton ordinateur : » extraits

Béatrice Copper-Royer et Catherine Firmin-Didot : « Lâche un peu ton ordinateur » : extraits.

« 72% des parents ignorent ce que font leurs enfants sur le Web ! »

« C’est un peu la règle de base : vous ne pourrez ni maîtriser ni limiter l’utilisation d’Internet, en ignorant totalement les possibilités de l’outil informatique. Rassurez-vous, cela n’a rien de bien compliqué. »

« Lâche un peu ton ordinateur » p. 13)

Le « chat » peut cacher des pièges

« Un adulte malintentionné peut faire croire qu’il a 14 ans pour entrer en contact avec des enfants. Ces plates-formes de messagerie sont surveillées par des modérateurs qui, théoriquement, repèrent les intrus, veillent à éliminer les messages trop grossiers et à exclure les récidivistes. Les ‘chats’ sont gratuits. »

« Lâche un peu ton ordinateur » p. 16)

« Le ‘chat’ et ‘MSN’ peuvent devenir des drogues.

Douces, certes, mais des drogues quand même. La France compte 10 millions et demi d’abonnés aux messageries instantanées privées. Parmi eux, 62% ont entre 15 et 19 ans. »

« Quel besoin ont-ils de se parler tout le temps ? » « Damien explique que c’est comme un nouveau jeu. N’oublions pas qu’à partir de la 6e, les enfants ne jouent plus dans les cours de récréation et que, mis à part quelques garçons accros du foot, ils sont plus souvent en petits groupes, plantés ou assis sur des marches…à parler. Le ‘chat’ et ‘MSN’ ne font que renforcer cette habitude. »

« Lâche un peu ton ordinateur » p. 26 et 27)

La communication virtuelle n’aide pas à grandir

« Attention, avec la communication virtuelle, les adolescents ont l’impression de naviguer hors de chez eux, alors qu’ils restent confortablement protégés dans le cocon familial. Ce confort ne les aide pas à grandir et à acquérir une maturité. »

Les blogs des journaux pas si intimes …

« On a beaucoup parlé de cas dramatiques de suicide, par le biais du blog. Ces graves faits divers occultent souvent qu’il existe quantité d’autres dérives plus minimes mais plus fréquentes : exhibition, diffamation, indiscrétion. »

« Lâche un peu ton ordinateur » p. 55)

Les jeux video : la passion des garçons

« C’est bien souvent par ces jeux que les enfants s’initient à la nébuleuse informatique, et qu’ils se familiarisent avec les nouvelles technologies »
« Enigmes à résoudre, stratégies à établir … Face aux jeux vidéo, les enfants remuent leurs méninges. Ils sont plus actifs que devant la télévision. Pour avancer, ils doivent faire preuve de créativité, de compréhension, d’inventivité, de réactivité, de sang froid … »

« Les jeux de patience proposés sur Internet sont très addictifs. Les logiciels en offrent des gammes incroyablement étendues. Ces parties sont généralement courtes, mais sitôt terminées, les enfants enchaînent sur un autre jeu.

Les jeux de stratégie, qui, pour la plupart, se jouent réseau, c’est-à-dire avec une multitude de gens qui se connectent, au même moment ou non, exercent un pouvoir de fascination très différent, beaucoup plus fort.
Immergés dans un monde virtuel, tout occupés à déjouer des attaques ennemies, à résoudre de énigmes, les enfants ne voient pas le temps passer. Ils se laissent fasciner au point, parfois, de ne plus faire que cela et laisser tomber toute autre forme de jeu, peut-être même de vie. »

Les jeux qu’on trouve sur Internet

« Si le contenu des jeux que l’on achète sur le marché est surveillé, il n’en est rien de ceux que l’on trouve sur Internet et dont on ne connaît pas la provenance. Certains sont d’une violence inadmissible, incitent à la haine et véhiculent les idées les plus abjectes. »

« La violence, parlons-en :

Essayez de comprendre pourquoi elle les fascine autant. (…) Alertez-les sur les idéologies pernicieuses véhiculées par certains jeux. Assurez-leur que ce n’est pas anodin, que ces mentalités ont évidemment des prolongements dans la réalité. »
« Poser des limites de temps : sans interdire, il faut limiter pour empêcher à tout prix les enfants de tomber dans l’excès. La tâche est difficile et demande pas mal de doigté. Mais elle est incontournable, car les adolescents ne connaissent pas l’art du dosage. Cette gestion les dépasse. Ne présumez pas de leurs forces. »

« Les images qui bougent ont fini pas rendre nos enfants allergiques aux supports immobiles, au livre par exemple. Les profs s’accordent pour constater une baisse importante de la concentration. »

« Il existe de nombreux cas de dépendance. Limitez, comprenez : en cas d’excès, vos enfants son peut-être en train de fuir une réalité qui les angoisse. Les jeux vidéo sont des lieux de refuge. »

« Lâche un peu ton ordinateur » p. 57 ss

-→ Pour revenir à la présentation du livre :