Inventaire de nos richesses

Oui, nous, Corps vivant du Christ, sommes riches prodigieusement riches.

Les Pieds dans le bénitier

Nous rendons grâce à cause de vous, nous rendons grâce à l’Esprit qui a ouvert nos yeux et qui nous a permit de vous reconnaître, vous le Corps vivant du Christ.

Oui, nous, Corps vivant du Christ, sommes riches prodigieusement riches. Cessons de remâcher les manques, les pertes. Certes, il n’y a plus un brave curé dans chaque village, mais dans chaque village, dans chaque quartier, il y a une ou plusieurs familles de chrétiens, des chrétiens qui ne sont plus les « consommateurs de culte » d’autrefois, mais des baptisés conscients, informés, lecteurs de la Bible, de revues ou d’ouvrages chrétiens, et très souvent déjà engagés dans le service de l’Église.

Ces milliers de gens ne peuvent pas être comptés pour rien au prétexte qu’on ne trouve pas de jeunes hommes disposés à demeurer célibataires, à mener une vie de séparés, loin des joies et des peines humaines, liés par l’obéissance à une autorité lointaine.

Même si nous nous sommes montrées lucides et critiques, nous ne sommes pas du tout désespérées parce que vous êtes là, parce que l’Évangile est là, parce que l’engagement de Dieu est indéfectible, parce que le Christ nous appelle, parce que l’Esprit Saint est à l’œuvre en ce temps.

Si comme nous, vous considérez l’Église catholique comme votre maison, votre bien, votre héritage, si vous partagez comme nous la passion de l’Évangile, si vous avez donné votre confiance au Christ, si vous voulez que d’autres après vous reçoivent les promesses de Dieu, alors, il est de votre, de notre responsabilité de faire circuler la vie dans l’Église.

Anne Soupa et Christine Pedotti,
« Les Pieds dans le bénitier », p. 228