Il n’est plus guère valorisant d’être chrétien

Pour être croyant, il faut accepter d’être non conformiste et manifester davantage de recul par rapport au milieu ambiant.

L’adhésion à la foi est aujourd’hui plus qu’autrefois un choix libre, non imposé. Mais la contrepartie est qu’il n’est plus guère valorisant d’être chrétien. La confession de foi n’apporte pas la reconnaissance sociale. C’est plutôt un enfouissement dans la pauvreté spirituelle. Mais c’est un passage précieux pour entrer dans une liberté primordiale.

Henri Madelin « Sous le soleil de Dieu »

Nous avons changé de paradigme. Autrefois, il était difficile d’être athée dans une société chrétienne et il fallait toujours s’en justifier. Aujourd’hui, nous sommes dans la situation inverse, c’est le fait d’être croyant qu’il faut justifier, par exemple si l’on décide de se marier à l’Église. Le courage passe alors du côté de l’affirmation de la foi. Pour être croyant, il faut donc accepter d’être non conformiste et manifester davantage de recul par rapport au milieu ambiant. C’est pour cela que, selon moi, la liberté est du côté de la croyance.

D’autant que nos contemporains réfléchissent quand même aux effets de cette société de croissance qui nous a façonnés et ils découvrent que faire passer l’argent avant tout mène peu à peu à des impasses meurtrières.

Henri Madelin, Sous le soleil de Dieu, p. 40