H. Détraz : Histoire de la Yougoslavie (1 / 4)

Des origines à l’occupation turque

ORIGINES

Le mot « Slave » vient du mot slava = gloire. On le retrouve encore de nos jours dans nombre de Noms propres : Radoslav, Jaroslav, Boleslav
… Ce terme ne désigna d’abord que quelques peuplades de cette race. Le dernier habitat avant l’émigration vers le sud était une vaste zone couvrant les bassins du Bug, du Pripet , de la Bérézina, du Dnieper, une des régions les plus inhospitalière de Russie ; pays au climat rigoureux , couvert de marécages et de forêts, sans routes, les Slaves y vécurent plusieurs siècles en un ramassis de tribus sauvages, sans culture, sans liens, sans gouvernement. Ils semblent incapables d’ atteindre le stade de l’Etat. Ils sont en général animistes.

Leur première migration vers le Sud, vers des terres plus hospitalières , débutèrent au 2° siècle après Jésus-Christ. Dominés et organisés par les Bulgares, les Slaves s’établissent en bandes désordonnées dans tous les Balkans. Certains se fixèrent en Hellade et en Péloponèse ; ils passèrent sous l’influence de Byzance et finirent pas s’helléniser.

Les Slaves devinrent dès lors Yougoslaves, c.à d ; Slaves du Sud , du mot « youg » qui signifie Sud.

CONVERSION au CHRISTIANISME -

Elle s’opère du VII° au XII+ siècle. Dès le début, elle divise les Slaves en deux groupes : les Catholiques et les Orthodoxes selon que les Apôtres viennent d’Occident ou d’Orient.

Ceux d’Occident convertissent les Polonais, les Tchèques, les Slovènes, les Croates et les Slovaques qui deviennent et resteront Catholiques.
Ceux d’Orient établiront dès le début la juridiction , et donc le schisme, en Russie, en Roumanie, en Bulgarie et en Serbie.
Cyrille et Méthode, son frère, qui évangélisèrent les Slaves, sont reconnus et vénérés par les catholiques et les orthodoxes. De naissance et de culture grecque , ils furent envoyés par Byzance mais placèrent leur apostolat sous l’autorité de Rome. Tous deux , très cultivés, entreprirent la formation religieuse et culturelle des peuples qu’ils évangéliseront.
Dans ce but , ils traduisirent la Bible du grec en slavon et créèrent un alphabet spécial qui teint du grec et du slavon ; il est encore en usage aujourd’hui dans les pays slaves.

Voici, en alphabet cyrillique, ce que donne les 1ers mots du …Pater ? :
« Ore ham, koju jecu na nedecuma, cbauu ce ume mbaje (1), tygu bona urboja, kako na nedy, Mako zembu, gotru sepavecrubo urboje. – Kpyx nam … »

Chacun sait que les Turcs s’emparèrent de Constantinople en 1453. Dater l’écrasement des Serbes en 1389, n’est-ce pas une erreur ? Non, car longtemps avant de faire le siège de Constantinople les Turcs avaient pénétré dans les Balkans et jouent avec les querelles des différents peuples de la péninsule, ils réussirent si bien à rester maître du terrain qu’après leur victoire sur les Serbes à Kosovo en 1389, Ils s’étendirent jusqu’au Danube.

Les Croates , les Dalmates et les Slovènes se servent de l’alphabet latin modifié et enrichi de lettres slavon par des accents.

Voici en alphabet croate , le texte ci-dessus de la 1re partie du Pater :
« Oce nas, hoji si nanedecima , sveti se ime tvoje dotri kraljevstvo tvoje, budi volja tvoja, Kako na nebu, tako na zemlji .- Kruh nas gaj nam danas »

L’œuvre considérable accomplie par les Saints Cyrille et Méthode se perpétue de nos jours. Par les orientations chrétiennes qu’ils donnèrent à la pensée et à la littérature, par le témoignage de multiples œuvres d’art de style byzantin que l’on admire dans les monastères remontant à cette époque et par le culte que lui voue tout slave bien né. Lire la suite ?

Extrait des Mémoires de Fr. Hilaire Détraz, (1980)