Fr. Varillon : Il y a Tradition et Tradition …

Dans la vie de l’Eglise, il y a des moments où l’on est assez loin de l’essentiel de la Tradition.

« Il y a des confusions qu’il importe de briser énergiquement. Beaucoup se disent actuellement traditionnels en pensant à ce qu’on leur a appris quand ils étaient jeunes. Mais il faut savoir qu’il y a cinquante ans nous avons été éduqués à une époque où l’Eglise était assez loin de sa propre tradition. Cela n’a rien de scandaleux : dans la vie de l’Eglise il y a des moments de baisse de tension.

Un peu comme dans l’œuvre d’un écrivain, on est surpris de voir dans certaines parties de son œuvre des choses qui frisent la bêtise. Ou bien, dans une partition de grand musicien, il y a des moments où l’on a l’impression qu’il oublie qui il est, tellement c’est faible. Dans une œuvre immense, une telle baisse de tension est normale ; en général elle ne dure pas, le génie se ressaisit très vite.

Il en est de même dans la vie de l’Eglise, il y a des moments où l’on est assez loin de l’essentiel de la Tradition. Que les plus âgés d’entre vous fassent appel à leur mémoire : leur a-t-on beaucoup parlé de saint Paul quand ils étaient jeunes ? Pas tellement, on avait peur de la liberté ! C’est un exemple entre mille. Nous avons donc à faire très attention à ne pas confondre la Tradition de l’Eglise avec ce qu’on nous a appris qui, la plupart du temps, d’où la crise actuelle, était relativement étranger à la véritable Tradition de l’Eglise (je dis relativement car il ne faut rien exagérer, une baisse de tension n’est pas une erreur). »

François Varillon,
extraits de ses conférences,
cf « Joie de croire, joie de vivre », p. 18