Explosion de la littérature ésotérique

Les cosmogonies et rituels magiques les plus connus, il y a peu, étaient encore accessibles aux seuls initiés mais aujourd’hui sont vendus en livre de poche.

Pour la seule ville de Paris intra-muros, il n’existait en 1975 qu’une dizaine de librairies spécialisées, dont quatre dans les seules rues Saint Jacques et des Écoles autour de l’université Panthéon-Sorbonne sur les sujets qui nous intéressent.

Une dizaine d’années plus tard, ces mêmes livres, presque sans exception étaient disponibles dans la plupart des grandes bibliothèques parisiennes et surtout étaient vendus en librairie dans près d’une centaine de points de ventes, y compris en de grands centres de distributions proches de la place Saint Sulpice. Au cours des années quatre-vingt-dix, les proportions ont encore décuplé.

Le seul exemple suivant est, croyons-nous, significatif de ce phénomène : The Satanic Bible, en 1995, n’était accessible que par l’intermédiaire de la seule librairie anglo-saxonne de la rue de Rivoli avec plusieurs semaines d’attente pour la réception du livre en question. De nos jours, non seulement ce traité est à notre portée dans toutes les villes de moyennes et grandes importances, mais il est surtout accessible à tout public sur le Web dans les plus usitées des langues européennes.

Les cosmogonies et rituels magiques les plus connus, il y a peu, étaient encore accessibles aux seuls initiés mais aujourd’hui sont vendus en livre de poche, le plus couramment. De plus, ces connaissances livresques sont très largement relayées par des millions de disques CD, vidéos, bandes dessinées etc. sur le sujet.

Benoît Domergue : « Culture Jeune et ésotérisme » p. 104