Des chrétiens répondent aux musulmans : l’eucharistie

Le pain et le vin dans la célébration de l’eucharistie - la présence réelle - le tabernacle.

  • Pourquoi priez-vous avec du pain et du vin ?
  • Dieu interdit dans sa loi la consommation de vin !
  • Vous croyez vraiment que Dieu est présent dans ce pain et ce vin ?
  • Qu’est-ce qu’il y a dans cette armoire sur l’autel ou derrière lui ?
  • Pourquoi laissez-vous une lampe brûler à l’autel ?

Lors de la célébration de l’eucharistie, on utilise du pain et du vin

Lors de la célébration de l’eucharistie, on utilise du pain et du vin, car Jésus lui-même, lors de la dernière cène, a partagé ces aliments pour exprimer le don qu’il fit de lui-même. Le pain et le vin faisaient partie des aliments fondamentaux dans le peuple d’Israël. La fraction du pain et la bénédiction du calice de vin étaient des rites spécialement utilisés et pleins de sens lors des repas (festifs). Jésus pouvait s’y référer.

En fidélité à son origine historique, l’Eglise a également utilisé le pain et le vin pour la célébration eucharistique. Les rites et les formes se sont bien normalement transformés pour un certain nombre de détails. C’est ainsi qu’au lieu de pain, qui était rompu et partagé lors de la célébration, on a utilisé plus tard en partie des hosties (oblats) qui ne se reconnaissaient qu’avec peine par rapport à du pain. Aujourd’hui, on s’efforce d’utiliser des hosties qui ressemblent davantage à du pain.

Le vin était en Israël une boisson commune légitime. Le vin est un don de Dieu et il réjouit le cœur de l’homme (Ps 104,15). Lors du repas attendu de la fin des temps, qui sera préparé pour tous les peuples, on servira les vins sélectionnés les meilleurs (Is. 25,6). Dans l’eucharistie, on vit l’espérance de cet accomplissement de la fin des temps dans le royaume de Dieu ; voilà pourquoi là aussi on boira du fruit de la vigne (cf. Mc 14,25). Mais le vin ne s’obtient que si, auparavant, les raisins sont foulés dans le pressoir (cf. Is 16,10). Voilà pourquoi Jésus, à son tour, peut exprimer et communiquer le don de sa vie qu’il fait pour les hommes dans le geste du partage de la coupe remplie de vin. Quand ils reçoivent l’eucharistie (communion), les croyants reçoivent ce don et l’amour miséricordieux et porteur de vie qu’il comporte. L’important, c’est cette nourriture spirituelle.

La foi en la présence de Jésus Christ dans l’Eucharistie

La foi en la présence de Jésus Christ dans l’Eucharistie est étroitement liée à la foi en l’incarnation de Dieu en Jésus Christ. Dans l’homme Jésus, dans le don de lui-même pour la multitude, Dieu est présent dans le monde et il se révèle sans restriction et définitivement comme amour miséricordieux. « Dieu était dans le Christ et il réconcilia le monde avec lui-même » (2 Cor 6,19).

Mais Jésus, de son côté, vit entièrement en Dieu et dans sa mort il est accueilli dans la vie de Dieu (résurrection, glorification). Vivant en Dieu, il est présent au monde. Aussi pouvons-nous le rencontrer partout, le prier partout et l’écouter. Cependant, il y a différentes façons par lesquelles il communique sa présence (tout comme un être humain peut montrer sa présence à autrui de différentes façons : en parlant, en faisant des gestes ou des actions ou aussi tout simplement dans un silence porteur…).

L’Eucharistie est une façon privilégiée pour le Christ d’être présent : Il se communique dans le don concret sensible et impliquant du pain et du vin, afin de fonder une communauté spirituelle profonde et intime avec les croyants et entre eux. L’Eglise vit de cette communauté.

Le pain et le vin sont destinés à être donnés en nourriture et en boisson

Le pain et le vin sur lesquels fut prononcée la prière d’action de grâce et de bénédiction et dans lesquels nous croyons le Christ présent, sont destinés à être donnés en nourriture et en boisson. Cela se passe habituellement dans la célébration elle-même (communion). Cependant, dès les temps anciens, une partie du pain béni et consacré est conservé à part, afin de pouvoir être apporté à des personnes malades, handicapées ou âgées qui ne peuvent prendre part à la célébration, afin qu’elles aussi puissent participer à la célébration eucharistique.

Puisque, selon la foi catholique, le Christ est et demeure présent sous les espèces du pain, le pain eucharistique est traité avec respect après le célébration. Il est conservé dans un endroit respectable, appelé le tabernacle. Le lieu de la conservation est indiqué par une lampe allumée (lampe à huile, cierge…). Le Christ, qui est présent dans le pain, est honoré par certains signes et gestes (inclinaison, génuflexion…). Ce faisant, ce n’est pas la forme matérielle du pain qui est adorée. L’adoration s’adresse au Christ lui-même. Ces formes de vénération eucharistiques doivent rester orientées sur la célébration eucharistique elle-même : la prière de remerciement et de bénédiction dans la communauté rassemblée.

Voir le site Internet traitant de ces questions