Accompagner l’adolescence : du Projet de l’élève au projet de vie

Dans la pratique de l’accompagnement, chacun sait d’où il part, mais il ne sait pas où il va - La pratique de l’accompagnement consiste à créer ces lieux de parole réservés aux adolescents - Temps de respiration pour soi et de distanciation de soi.

“Dans la pratique de l’accompagnement, chacun sait d’où il part, mais il ne sait pas où il va,
ce qui la distingue radicalement de la pratique d’enseignement et de la pratique de la formation où l’on sait d’où l’on part et surtout où l’on va.” p. 76

“La pratique de l’accompagnement consiste à créer ces lieux de parole réservés aux adolescents, détachés de leurs parents, lieux de vie où l’on s’engage dans sa parole librement, où l’on ose s’exprimer verbalement, se dire pour devenir plus vrai d’une parole parlante plus que parlée, responsable, qui ouvre l’avenir dans l’évènement d’un dire nouveau, inhabituel” (B. This) p.76

“Temps de respiration pour soi et de distanciation de soi dans une institution caractérisée par le ‘trop plein’, par une sorte de gavage organisé des jeunes : toujours plus de savoirs ! toujours plus de compétences à développer pour élever le niveau général des jeunes générations !…

Dans une institution scolaire qui ne cesse d’allonger le temps vécu à l’école et de répéter sans cesse l’urgente obligation de se former le plus possible pour faire sa place dans la société, a-t-on mesuré la charge mis sur des adolescents, l’incroyable pression des exigences prétendument ‘éducatives’ ? Qui dira la nécessité de ces ‘espaces de liberté’, de ces temps de reprise de soi et de relecture de son existence, dans un monde où les activités scolaires et les loisirs laissent peu de place à la réflexion personnelle et à cette communication de soi à soi qui peut éclairer le chemin de mon existence et choisir les valeurs de ma vie ?” (p. 77)

“Etre écouté et entendu, c’est d’abord entrer en relation avec soi et accéder à sa propre intériorité. Dans les sources du malaise juvénile que nous essayons de comprendre, il peut y avoir ce sentiment de confusion intérieure qui naît d’une richesse de sentiments.

"Accompagner l’adolescence : du Projet de l’élève au projet de vie"
Ch. Philibert et G. Wiel Chronique sociale