Mes Mémoires

Vocation appel Quand, plus tard, je me posais la question de la vocation, je voyais bien que cette période était capitale. Pourtant j’éprouvais une certaine déception. Ce n’était pas ainsi que j’imaginais l’appel de Dieu. Je me serais plutôt attendu à quelque événement ressemblant à ce que disait Claudel de sa subite conversion à Notre Dame de Paris.

Grotte de Bains C’est précisément en 1945 que je situe une sorte de transformation dans ma vie. Le garnement que j’étais connut une sorte de conversion. Je ne saurais indiquer un moment précis. Nous étions à la fin de la guerre de 1939-1945. J’avais environ 10 ans quand s’amorça ce changement.

Une année difficile - Je ne voyais pas très bien pourquoi j’avais été nommé dans cette nouvelle communauté - Il me fallut puiser beaucoup dans mes ressources spirituelles pour me faire à cette nouvelle vie.

Arrivé à St-Pourçain depuis près 20 ans je m’attendais à être muté. Je redoutais cette perspective me demandant où je serais envoyé - En visite à St-Priest pour reconnaître les lieux - Le recyclage à Rome.

Pourquoi avais-je « craqué » au point qu’il avait fallu m’hospitaliser deux fois, à Brest puis à Pau ? Personne n’avait pu me l’expliquer clairement. J’avais lu, ici ou là, qu’on ne guérissait jamais complètement de ce qu’on appelait la "dépression nerveuse". J’avais de quoi me faire du souci !

Nous étions en 1988. J’allais avoir 50 ans. Ma santé s’était à peu près rétablie. La crainte de la rechute ne m’habitait presque plus. Ma personnalité s’affermissait, je le sentais. C’est alors que je connus une expérience extraordinaire dont les retentissements se font encore sentir plus de 25 ans plus (...)

Guerre Mon enfance au Bléheu chez mon grand-père, ce que j’ai vu de la guerre de 39-45. Tout cela paraîtra bien lointain aux nouvelles générations, tout comme ce que me disait le grand-père de sa guerre de 14-18. Pourtant elle n’était terminée que de 20 ans à peine !

Meha Mes deux années de juvénat à Varennes-sur-Allier. Deux années très laborieuses - Une éducation stricte mais dans une bonne ambiance - Un bon professeur de maths et un excellent professeur d’anglais - Temps de prière, initiation à l’oraison - courtes vacances de famille mais charme des colonies de vacances (Le Mayet-de-Montagne, La Clayette, St-Pourçain-sur-Sioule)

Famille Tante Thérèse de Cancave nous parle du grand-père François Méhat, un homme pieux mais très sévère. Elle en fit parfois l’expérience. Un jour de fête, elle s’était trop attardée avec une amie à La Gacilly. Elle n’a jamais oublié ce qui l’attendait de retour à la maison.

Meha A 16 ans et demi ma résolution de devenir Frère n’avait pas changé. Mais ce départ pour Lyon représentait malgré tout un pas difficile à faire. Combien étions-nous ? Une douzaine, je pense. Pendant un an, nous allions vivre sans beaucoup de contacts avec l’extérieur, sous la conduite du F. Maître et de ses deux confrères.

Articles : 0 | 10 | 20 | 30 | Tout afficher